top of page
  • Writer's pictureSébastien

Infrastructures : quelles sont les opportunités ?

Updated: 4 days ago

Pilier de nos économies modernes, les infrastructures fournissent des services essentiels et répondent aux défis majeurs tels que la croissance démographique et la transition écologique. Pour les investisseurs institutionnels, elles sont indispensables, offrant résilience en période de crise et revenus stables indexés sur l'inflation.


Dans un contexte de volatilité des marchés financiers, d'inflation galopante et de tensions géopolitiques, les investissements dans les infrastructures ont affiché des performances remarquables ces dernières années. Les besoins en infrastructures augmentent constamment, portés par la croissance démographique, le développement numérique et la transition écologique. Investir dans ce secteur allie rendement financier et impact sociétal.


Cet article explore pourquoi les infrastructures sont une opportunité d'investissement incontournable et vous présente différentes stratégies pour en tirer parti. 


➡️Que sont les infrastructures ?  


Elles désignent les équipements, services et installations qui fournissent à la population des services essentiels au fonctionnement et à la productivité économique d’une société. Elles soutiennent diverses activités humaines, économiques et sociales, et englobent un large éventail de secteurs, notamment :


  • Transport : routes, ponts, aéroports, ports, lignes ferroviaires.

  • Énergie : production et distribution d'électricité, énergies renouvelables.

  • Santé : Hôpitaux, cliniques, laboratoires.

  • Gestion des ressources naturelles : usines de traitement de l'eau, réseaux de distribution, mines.

  • Industrie : usines, entrepôts, parcs industriels.

  • Environnement : projets d'adaptation au changement climatique, gestion des déchets.


Elles sont essentielles pour soutenir l'activité économique, améliorer la qualité de vie et favoriser le développement durable.


➡️Qu'est-ce qu'un projet d'infrastructures ?


Un projet d'infrastructure vise à concevoir, construire, mettre en place, maintenir ou améliorer des structures essentielles à la société. Les projets d'infrastructures peuvent aller des petites installations locales aux grands projets nationaux ou internationaux. Ils peuvent être financés et gérés par :


  • Des entités publiques (au niveau local, régional ou national)

  • Des entreprises privées

  • Des partenariats public-privé (PPP), où les secteurs public et privé collaborent pour financer, concevoir, construire et exploiter l'infrastructure.


➡️Pourquoi investir dans les infrastructures ?


Investir dans les infrastructures est une option attrayante pour les family offices et leurs investisseurs. Ces investissements offrent plusieurs avantages clés :


  • Revenus stables et prévisibles : Les contrats d'exploitation à long terme génèrent des flux de trésorerie réguliers et fiables.

  • Résilience : Essentielles même en période de crise, les infrastructures bénéficient du soutien constant des gouvernements et des financements bancaires.

  • Impact sociétal positif : Amélioration de la qualité de vie grâce aux services essentiels comme les transports publics, les parcs et les hôpitaux, tout en répondant aux besoins de durabilité écologique.

  • Durabilité : Les actifs d'infrastructure durent souvent plus de 50 ans et présentent peu de risques de redondance ou d'obsolescence technologique.

  • Diversification du portefeuille : Faible corrélation avec d'autres classes d'actifs, permettant une diversification efficace. Certains actifs ont des caractéristiques proches des obligations.

  • Investissement responsable : Le secteur des infrastructures joue un rôle clé dans la décarbonation, avec des investissements massifs dans les énergies renouvelables. 

  • Protection contre l'inflation : Les contrats d'exploitation à long terme permettent de protéger les investisseurs contre l'inflation, en offrant des rendements ajustés.


➡️Typologies des projets d'infrastructures


Les projets d'infrastructures se divisent en fonction du stade de maturité du projet. 


Greenfield

L'infrastructure Greenfield concerne la création de nouveaux projets sur des terrains non aménagés. Elle permet une grande personnalisation, mais implique des délais de développement plus longs et des impacts environnementaux significatifs. Exemples :


  • Construction d'un nouvel aéroport dans une zone non développée.

  • Construction d'un tout nouveau parc industriel.

  • Développement d'une nouvelle installation d'énergie renouvelable.


Brownfield

L'infrastructure Brownfield concerne la réaffectation et l'expansion de structures existantes. Elle offre des délais de développement plus courts, facilite l'intégration de nouvelles utilisations et favorise le renouvellement urbain. Exemples :


  • Conversion d'une usine abandonnée en lofts. 

  • Réaménagement d'un terrain militaire désaffecté 

  • Transformation d'une gare en un hub de transport.


➡️Stratégies d'investissement


Les stratégies varient en fonction du niveau de risque et du rendement attendu :


Les stratégies Core et Core+ se concentrent sur des sociétés opérationnelles ou des infrastructures existantes, offrant un cash flow prévisible sans nécessiter de grandes améliorations. Elles sont donc classées comme Brownfield. Les stratégies Value Added ciblent des actifs existants nécessitant une réhabilitation ou des constructions supplémentaires pour atteindre leur pleine capacité de rendement, généralement sur une période de 3 à 5 ans. Qu'il s'agisse de Core, Core+ ou Value Added, ces actifs sont totalement ou partiellement régulés. 


Enfin, les stratégies opportunistes se concentrent souvent sur de nouvelles constructions (Greenfield) dans des secteurs non régulés. Elles visent un rendement plus élevé, mais avec un horizon d'investissement plus long et un risque accru.


Core Infrastructure

Regroupe des actifs essentiels avec un risque minimal, offrant des rendements réguliers et stables (TRI de 7-8 %) et une distribution annuelle de dividendes. Exemples :

  • Réseaux de transmission d'énergie régulés

  • Parcs éoliens ou photovoltaïques sous contrat de vente à long terme


Core Plus

Similaire au Core Infrastructure, avec un risque et un rendement plus élevés (TRI de 8-10 %), une distribution annuelle de dividendes, et une valeur à la revente. Exemples :

  • Certains aéroports

  • Tours de télécommunication

  • Data centers


Value Add

Inclut des actifs plus risqués que le Core Plus, mais offrant des rendements plus élevés (TRI de 10-15 %). Les actifs sont généralement revendus au bout de 5-6 ans. Exemples :

  • Stratégies de rachat et développement (buy-and-build)

  • Améliorations opérationnelles (structure de coûts, stratégie commerciale)


Private Equity Infra

Offre des rendements encore plus élevés, mais avec un niveau de risque accru. Ces investissements se concentrent sur des entreprises ou des projets spécifiques, avec une gestion axée sur le modèle commercial et la stratégie.


➡️Quels sont les risques ?


Avec un ratio rendement/risque très favorable, certains risques sont inhérents à ce type d'actifs, dont :


  • Effet de levier et endettement

  • Risques réglementaires et politiques

  • Risques liés aux projets Greenfield

  • Illiquidité des actifs


➡️Comment investir dans les infrastructures non cotées ?


Jusqu'en 2020, les investisseurs privés ne pouvaient accéder aux fonds d'infrastructures non cotées en raison de montants minimums très élevés (souvent plus de 10 millions d'euros) et de durées d'investissement dépassant généralement 15 ans. Depuis, l'offre s'est diversifiée pour répondre à leurs besoins, proposant diverses solutions adaptées au montant à investir et au profil de risque.


1. L'assurance-vie offre de la liquidité et de la flexibilité. Vous pouvez déplacer votre épargne entre différents supports, avec des montants minimums variables selon les contrats, donnant accès à des fonds d'infrastructures.


2. Les fonds professionnels à partir de 100 000 euros, offrant un rendement potentiellement plus élevé, avec un profil de risque accru.


➡️Marché et perspectives


Un Marché avec des besoins d'investissements colossaux

Selon l'OCDE, atteindre les objectifs de développement durable d'ici 2030 nécessite environ 6 000 milliards d'euros par an en investissements dans les infrastructures, totalisant près de 50 000 milliards d'euros d'ici la fin de la décennie. Des besoins soutenus par plusieurs tendances clés :


  1. Croissance démographique et urbanisation : La population mondiale urbaine passera de 55 % en 2022 à 68 % d'ici 2050, nécessitant des investissements majeurs dans les infrastructures urbaines et les transports (source : IHME).

  2. Révolution numérique : La croissance exponentielle des données exige une expansion des infrastructures, incluant réseaux 5G, centres de données, fibres optiques et infrastructures logistiques comme les routes et les ports pour soutenir le commerce numérique  (source : OCDE).

  3. Transition écologique : Pour atteindre la neutralité carbone d'ici 2050, des investissements annuels de 3 500 milliards de dollars sur 30 ans sont nécessaires, visant à garantir que 60 % de l'électricité provienne de sources propres et à réduire les émissions de carbone (source : IEA).


Le rôle croissant des fonds d'infrastructures

Face à un endettement croissant, les États peinent à investir dans les infrastructures essentielles. Les fonds d'infrastructures jouent un rôle clé en apportant capitaux et expertise pour structurer des financements complexes. D'après Préqin, les encours de ces fonds ont fortement augmenté entre 2006 et 2021 et devraient atteindre 1 800 milliards de dollars en 2026, avec une croissance annuelle moyenne de 11 %, soutenue par la transition énergétique, les transports et la digitalisation.


Un marché avec des acteurs d'envergure

Le secteur des infrastructures non cotées est déjà dense. Parmi les principaux acteurs figurent Brookfield, GIP, KKR et EQT. La classe d'actifs est également hétérogène en termes de secteurs et de maturité des projets, avec une grande diversité de fonds.


Taux de rendement interne (TRI) par horizon d’investissement


➡️Exemple de portefeuille Core/Core plus :



➡️Conclusion


Les infrastructures bénéficient d'un contexte favorable, qui devrait encore s'améliorer dans les années à venir. Face à des marges de manœuvre limitées en matière de dépenses publiques, les États se tournent de plus en plus vers les acteurs privés pour la construction et l'exploitation des infrastructures. La Banque Européenne d'Investissement évaluent les besoins d'investissement dans ce secteur à 810 milliards d'euros pour la période 2021-2027, soit environ 5 % du PIB européen. Ce chiffre est colossal et les fonds d’investissement spécialisés en infrastructures font partie des acteurs les mieux placés pour capter ces besoins.


Ces fonds d'infrastructures non cotées sont désormais accessibles et essentiels dans un portefeuille diversifié en raison de leur résilience en période de crise, de leurs revenus récurrents et de leur indexation à l'inflation. Les opportunités seront nombreuses face à des besoins colossaux et des États endettés et ces fonds jouent un rôle central pour relever les défis démographiques, technologiques et énergétiques de demain.


Vous souhaitez en savoir plus sur les investissements en infrastructures et les opportunités disponibles ?



Avertissement : Les investissements dans les fonds alternatifs comportent des risques, notamment de perte en capital et de liquidité




Comentarios


bottom of page